Rubipedes.ch

Vétérans, mais pas tant

Ce que vous avez raté...

Si vous n'êtes pas venus le vendredi 7 avril !

En cette belle soirée de printemps, le club avait organisé pour notre Tac qui fêtait ses 29 printemps le jour même, un match au sommet entre ses deux clubs préférés :
- d'un côté les Barons Verres d'Hermance, le club de ses électeurs qu'il est forcément obligé de choyer
- de l'autre les Rubipèdes, son club de coeur, et aussi son meilleur alibi pour mettre des coups de casque aux électeurs qu'il n'aime pas (cf ci-dessus)

Alors évidemment, les temps ont changé, et l'époque est bien loin où ces derby se déroulaient sur un terrain de 4m x 3m pour ne pas trop fatiguer les vieux Barons, le tout agrémenté des règles à géométrie variable de Tristan en fonction de l'évolution du score : interdiction de courir, interdiction de faire des passes aux 3/4, interdiction de plaquer, et pour finir obligation de laisser gagner les Barons (Tristan si tu nous lis :-)).

C'est donc une bien belle équipe d'Hermance qui nous fut donné de rencontrer vendredi, largement équipée à tous les postes, dans la droite lignée de celles jouées lors des 2 précédentes rencontres (pour rappel, match nul de chez nul à la Praille, et cruelle défaite -et chambreuse- à Hermance).
Certains fins observateurs ont même cru déceler chez Tac la tentation de tourner sa veste et jouer avec ses électeurs, en bon élu qu'il est.Côté Rubipèdes, l'effectif n'était pas non plus complètement pourri, car même si les coaches devaient déplorer quelques défections (des restes de tardives virées à l'Exclusif ?), la feuille de match était largement remplie encore une fois.


Bref, le match pouvait commencer sous des hospices sur lesquelles les bordelais n'iraient pas se soulager (fallait être à Nuits St Georges l'année dernière pour la comprendre celle-là).

Contrairement à notre -mauvaise- habitude, nous commencions le match complètement réveillés et avec un engagement entier, et c'est donc avec un magnifique essai que nous ouvrions la marque : 12 minutes de jeu effectif, 35 temps, 4 balayages de largeur, 254 passes dont 3 offloads et 2 "riveursse-pass" chères à Fabien Galthié, 18 franchissements, du soutien à ne plus savoir qu'en faire, bref, un essai d'école qui infirma en un instant la rumeur de l'après-midi quant à une éventuelle défiance envers les coachs (cf rumeur Infosport).
Le 2ème essai arriva en fin de tiers-temps : alors que l'arbitre annonçait la dernière action, l'un de nos 4 capitaines du soir annonça "jeu", et un service d'Olive envoya Ludo le grand en terre promise sur le dernier ballon, dans un autre style plus proche de Bastareaud que de Cordorniou, mais tout aussi efficace.

2-0 aux citrons, face à une très belle équipe d'Hermance, tout allait pour le mieux.

Mais à partir de là, difficile de savoir ce qu'il s'est exactement passé.
Une montée de sève printanière ? une overdose d'engrais à gazon ? une drogue dans les bouteilles ?
Rien n'est vraiment clair -comme d'habitude-, mais en tous cas la 1ere pause offrit un spectacle peu banal (et pas vraiment à notre avantage) : de 4 capitaines nous passions à 17, de 2 coaches à 6, de 15 joueurs pour le 2ème tiers à 22, le niveau sonore de 52 à 145dB, bref, un bordel pas joyeux du tout et plutôt triste à vrai dire.

Le 2ème tiers-temps commençait donc cette fois avec une cohésion achetée neuve mais toute cassée, et c'est tout naturellement que que nous nous retrouvions acculés dans notre camp, résistant heureusement par une excellente défense.
Mention spéciale à Alain particulièrement en forme ce soir-là : il a réussi à faire passer en négatif la statistique de mètres parcourus du 3ème ligne adverse, qui lui a vraiment passé une mauvaise soirée.
Mention spéciale à Cruchot également, pour ses nombreux plaquages offensifs, et aussi pour sa petite baffe au 9 d'en face, qui a eu le mérite de rafistoler la cohésion toute pétée pendant quelques minutes, le temps pour le même Cruchot de se faufiler dans un trou (de Cruchot) pour aller à dame.

A la 2ème pause, nous menions toujours au score 3-1, suite à une interception et un essai en coin du 15 d'en face (un peu hors-jeu quand même), et ce malgré Hubert qui avait pourtant tenté le retour défensif de sa vie, mais qui fut surpris par l'arrêt brutal de son adversaire (double crampe fulgurante) et en perdit tous ses moyens.

Nous menions toujours, mais dans une ambiance de m****.
Et cela ne s'arrangea pas avec le 3ème tiers-temps : décibels toujours à fond sur le terrain, arbitre interpellé à chaque action, des joueurs qui sortent du terrain sans être remplacés, des annonces triples ou quadruples en touche, bref, on se demandait vraiment où étaient passés les meilleurs amis d'enfance du dernier apéro.
Les Barons en profitaient évidemment pour nous talonner à la marque avec de beaux mouvements, et nous devions encore notre salut grâce à la grosse défense du soir.
Heureusement, Ludo le grand venait ruiner leurs espoirs et parachever son oeuvre du soir avec un magnifique hat-trick (il a oublié de payer sa tournée d'ailleurs).

Au final, que dire ?
Le contenu du match fut magnifique, une grosse défense, de beaux mouvements en attaque, une belle victoire contre une très belle et grosse équipe d'Hermance, la soirée aurait pu être parfaite.
Mais la forme fut, comme on dit en Bourgogne, un peu astringeante (vous pourrez le ressortir le 6 mai).
En gros, il reste un petit goût dans l'arrière du palais, qui gratte un peu, qui assèche le gossier, et empêche de profiter pleinement de la fête.

Alors oui, le Paul Presboist fut remis à notre Jojo national pour un départ au ras en ramassant le casque de son adversaire au lieu du ballon, oui, on a bu 2-3 pichets et on s'est couchés pas tôt, mais non, le coeur n'y était pas vraiment, et on a pas vraiment rigolé (sauf pour le Paulo de Jojo, quand même).
On eu même droit à la visite de -presque- charmantes collègues de Cruchot qui cherchaient un grand voyou passé par là ce soir : on a pas donné les noms, mais on en a vu pleins...

On pourrait se dire qu'il faut tout oublier, que c'est pas vraiment grave, mais il y a quand même un point que nous voudrions rappeller :

Les Rubipèdes sont et resteront un club de rugby qui acceuille tout joueur, débutant ou ancien pro, jeune ou moins jeune, SI et SEULEMENT SI ce joueur fait preuve d'un "bon esprit", ce qui en termes français se traduit par bienveillance, respect,  responsabilité, partage et sourire.

Le moins que l'on puisse dire est que nous n'avons pas vu l'ensemble de ces qualités réunies vendredi soir.
Il n'est évidemment pas pensable de faire le procès de qui que ce soit, cela serait justement contraire aux valeurs que nous véhiculons.

Ce club fonctionne parce que chacun d'entre nous y met justement ces qualités, et aucun comité, coach, arbitre, leader de bar, ... ne pourra faire quoi que ce soit si elles disparaissent.
Il est essentiel que chacun d'entre nous s'en rappelle.


Logo

Moi, Rubipède

Le Calendrier

Faites plaisir au trésorier !

CHF
Ref.

J'y serai (ou pas)

    Aucun évènement dans le calendrier

Nous trouver

Rejoins-nous

Tu joues en championnat suisse et tu voudrais un jour revenir d'un match avec ton nez ?

Tu joues en Top14 et tu recherches un jeu un peu plus physique ?

Tu jouais en 4ème série et ta femme ne t'as plus fait la gueule depuis que tu as raccroché tes crampons ?

Tu n'as jamais joué, mais tu connais toutes les blagues de Pierre Salviac et de Christian Jeanpierre réunis ?

Rejoins-nous !

Youhou, y'a quelqu'un ?