Rubipedes.ch

Vétérans, mais pas tant

Ce que vous avez raté...

... si vous n'êtes pas venu au voyage culturel à la St Martin !

 

 

Ha les amis, vous m’avez encore fait rêver avec ce grand week-end de la fête du cochon !

Tout était là, les shots de Ricard, le repas aux 11 000 calories, la Bande à Basile, Patrick Sébastien et Régine, les strip-teaseurs , l’épaule danseur, des cochons volants, les lits à 3 étages, les douches froides, la bonne odeur des toilettes le matin avant le ptit dej, David Charvet et Didier Tuche, la balade du samedi, le match des noirs contre les blancs …

L’histoire ne révélera jamais qui a décidé… que c’était l’équipe à Manu qui devait retourner son maillot, c’est moche et ce serai bien que ça ne se reproduise plus…
Quoi ? On me souffle dans l’oreillette que l’équipe à Manu aurait finalement et après protestations et réclamations, obtenu l’autorisation de jouer avec le maillot à l’endroit. En contrepartie, les noirs on fait les 2 mi-temps contre la pente et avec la fumée de l’arbitre dans les yeux, les blancs, eux, ont accumulés les tentatives de déstabilisations, ils ont même demandés à changer de terrain, pour passer sur un plus petit car leurs trois quart ne tenaient pas la distance… c’est moche…
Bref un match sans fulgurances, avec énormément d’enjeux et beaucoup de déséquilibres, gagné sur le fil par les maillots retournés grâce à leur célèbre numéro 9 Argentin sur une dernière action où il part tout seul. Mais bon lui on lui dit rien il a le droit…
Heureusement que les Noirs, guidés par leur Chaman et toujours décontractés par les fumées de l’arbitre, sont resté zen.
Et même, ils auraient pu gagner si Nenette avait vu la ligne et si Bilto ne s’était pas mis sur le dos.

Vous l’avez compris en l’absence remarquée de nos adversaires fantômes, nous avons su faire face à cette situation pour avoir le plaisir de salir les maillots devant des spectateurs bien habillés pour la saison et doux comme des agneaux, dommage qu’ils n’aient pas joué le jeu de la moustache et qu’ils aient gardés le bouc ….
Sans autres adversaires que nous-mêmes, le véritable défi allait être d’animer le samedi après midi et le samedi soir.

De belles et bonnes causes à servir

 Comme vous le savez déjà pour la plupart, un certain nombre de personnes de cette équipe refusent de vieillir. Les années d’expérience s’accumulent mais le compteur est resté bloqué.

 C’est ainsi que vous pouvez suivre Martin et Momo sur les « routes » valaisannes (plutôt sentiers et c’est même un grand mot), partis relever le défi de la plus grande version de le Swiss Peaks : 360km et 27k de dénivelé +. Ca fait des crampes aux doigts rien que de l’écrire.

Vous pouvez les soutenir en cliquant sur ce lien : LIEN

 Un autre groupe de 11 Rubipèdes relevaient le défi d’affronter des « jeunes » avec leur propres armes (des jambes) à 10 contre 10 sur grand terrain. Ça fait moins de crampes, mais par contre ça déboite … Ludo tu l’as celle-là ? sinon demande un indice à Edouard …